« Retrouvez les dernières lettres de votre Conseiller général | Accueil | Depuis septembre 2007, la carte Imagine R scolaire coûte moins cher dans les Yvelines »

09 janvier 2008

Commentaires

Arnaud Briançais

article en commentaire:
Dans cet article,j'analyser les liens entre les comportements fiscaux des départements et les caractéristiques du président du Conseil général et de sa majorité. Pour cela, nous estimons pour les trois principales taxes directes locales un modèle statique de choix fiscal qui permet l’analyse simultanée, et originale en France, de deux facteurs explicatifs potentiels des disparités de taux d’impôt. D’une part, les départements choisiraient leurs taux d’impôt en prenant en compte les choix des départements géographiquement voisins. D’autre part, conformément aux prédictions des modèles d’élus opportunistes ou au contraire d’élus partisans, certains déterminants politiques, notamment le degré de concurrence sur le marché politique local, contribueraient également à expliquer les disparités fiscales observées. Les résultats des estimations économétriques suggèrent de retenir principalement deux enseignements. Tout d’abord, les variables décrivant le marché politique départemental ainsi que le comportement de mimétisme fiscal influencent uniquement les disparités de taux de taxe professionnelle. Ensuite, second enseignement, les exécutifs départementaux réduisent leur taux de taxe professionnelle quand leur marge en sièges au sein de l’assemblée locale augmente, la réduction étant toutefois plus faible dans le cas où la majorité locale est « de gauche » plutôt que « de droite ». Nous rejetons donc l’hypothèse d’un comportement opportuniste d’élus locaux cherchant à mettre à profit une faible concurrence politique pour voter des taux élevés de taxe professionnelle. Au contraire, ce second résultat suggère que les élus adoptent des comportements partisans visant à mener leurs politiques préférées quand leur majorité en sièges augmente.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.