« Populisme:attention danger | Accueil | Elections américaines: La victoire des démocrates va-t-elle changer les choses ? »

12 octobre 2006

Commentaires

Laurent Mazy

Pour qu'il y ait une Europe sociale, il faut pour cela un mouvement social qui appuie cette revendication. Jospin a rencontré cette difficulté : imposer une réforme à un pays qui ne se battait pas pour elle. Aujourd’hui, même les allemands, longtemps en avance en matière de RTT, ne mettent plus la pression sur cet enjeu. Quand au salaire minimum européen, c’est en partie un effet d’annonce. Beaucoup de pays européens en sont déjà pourvus, ou disposent d’outils équivalents. Instituer partout un salaire minimum, modulable par exemple selon la productivité de chaque pays, cela me semble cependant aller dans le bon sens : la création d’un socle commun pour éviter les processus de concurrence par le bas.

Jean-Charles Duboc

L’Europe sociale ne doit pas se comporter uniquement en « bonne maman protectrice » mais aussi développer des qualités humaines comme le courage, la ténacité, le caractère, chez les jeunes…

A ce titre je vous recommande le Blog que je viens de créer et dont le titre est « L’UMP et la formation humaine des jeunes ».

Ce Blog est, d’abord, un lieu de réflexion sur la formation humaine des jeunes, notamment par la navigation en équipage à bord de grands voiliers, la traversée de déserts à cheval, la course en haute montagne…

Mais, il relate aussi un détournement de fonds publics considérable, de 3,5 milliards de dollars – celui des indemnités de la guerre du Golfe 90/91- qui, s’il est confirmé, va poser, pour les prochaines élections, de gros problèmes aux mitterrandiens…

Vous pouvez consulter ce Blog sur :

http://euroclippers.typepad.fr/

Bonne lecture

Jean-Charles Duboc

David de Nonancourt

Cher Monsieur Fournier,
Je reste surpris par vos références liminaires dont je ne partage pas tout à fait le point de vue.
A mon sens, le droit européen de l'Union ou celui de la Convention rejettent en bloc la conception française du "droit à".

Ces droits appelés par la doctrine "droits-créances" qui trouvent leur fondement essentiel dans le préambule de la constitution de 1946 (et donc partie intégrante du bloc de constitutionnalité) ne sont repris ni dans la Charte, ni dans la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales.

De plus la Charte de 2000 a rejeté la référence au "patrimoine religieux" pour retenir le "patrimoine spirituel".

N'est ce pas une certaine forme d'hypocrisie de placer au fronton de ces textes une référence au combien absente de nos textes laïcs ?

Je crois comme vous que ces quatres éléments que vous détaillez devraient être le socle de la construction européenne, pourtant je doute que cette voie soit entreprise... Comme vous le dites si bien, le chemin est encore long à parcourir, mais à l'inverse de vous, en tant que jeune citoyen européen né en 1982 et donc en plein dans l'adolescence de l'Europe, je garde un fervent espoir et un grand optimisme dans les possibilités que peut nous offrir une Europe plus sociale.
Je tiens enfin à vous remercier pour la qualité de vos articles qui sont toujours pour moi d'excellentes pistes de réflexions.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.